Le voyage à Kindia de 2013

Galerie de photos. Cliquer sur les grandes photos pour mieux visualiser. Récit du voyage ensuite.

DSCF2097

Source Simbadi à Bocaria
Source Simbadi à Bocaria
Danse des fotés
Danse des fotés
Marché
Marché
Pirogue chargée!
Pirogue chargée!
Au lac Samaya
Au lac Samaya
Marché rural
Marché rural
Les enfants du village
Les enfants du village
Etude de cas
Etude de cas
Le petit déjeuner
Le petit déjeuner
Le Dimanche à Kilissi
Le Dimanche à Kilissi

Sur le Mont Gangansilon groupe

Flavie adopte
Flavie adopte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voyage humanitaire : les BTSA gemeau partent en Guinée

Dans le cadre d’un projet de coopération internationale avec l’association Guinee 44, les étudiants de 2ème année partent en Guinée le 16 février 2013, pour 15 jours.

Soucieux d’améliorer le quotidien de la population locale, ils emporteront avec eux un kit de chloration afin de rendre potable une source située à Kindia. Une fois sur place, les jeunes montreront aux habitants comment gérer le chlorateur installé sur le réservoir de la source aménagée, leur objectif étant bien sûr que ce système de traitement de l’eau perdure après leur départ. Par ailleurs, ils feront une étude hydrologique et environnementale pour l’aménagement d’un nouveau point d’eau.

Arrivée à KINDI 17 février 2013

Après quelques petits soucis de bagages à l’aéroport, 6h de route pour 130 km, une courroie réparée de nuit au bord de la route, une crevaison et surprise! quelques bouchons… Nous sommes bien arrivé à KINDIA où un dîner nous attendait à minuit.

Notre hôtel est propre, avec l’eau et de l’électricité. Après une nuit réparatrice, nous avons rencontré nos partenaires ce matin et avons assisté à un spectacle de danse guinéenne traditionnelle.

Les repas sont très copieux, on ne maigrira pas (LOL) et les fruits sont délicieux. Pleine forme avec toutes ces vitamines C et D (merci au soleil).

Cet après midi, baignade dans des piscines naturelles aux pieds des chutes. Bien raffraîchis, demain commence le vrai travail… =)

 

Lundi à KINDIA

Les choses deviennent sérieuses. La matinée commence avec les rencontres officielles : Guinée 44 , l’agence communale de l’eau , et la mairie de Kindia… un peu de protocole avant que l’on nous donne « les clés de Kindia ».

Encadrés par Yoann de Guinée 44 et Emile technicien ACEA, nous partons à la découverte des sources aménagées… ouf on n’y croyait plus.  Un soleil de plomb, et l’inspection commence sur le DCM2. Quelques surprises sur le fonctionnement… puis on continue nos visites sur 3 autres sources. Daniel se régale, on commence aussi les analyses. La journée est fructueuse.

Nous avons aussi établi des contacts avec la population… on fait des ravages avec les petits qui nous suivent partout. Ils aiment les photos on n’hésite pas….

PS : pour Marjorie : à l’enregistrement on nous a piqué nos réactifs de nitrates et ammonium, on a été trop honnête. Je regrette…reste le chlore…

Pour notre vie en collectivité, tout se passe bien. On s’habitue petit à petit à la chaleur. Toujours personne de malade malgré tomate, concombre, poisson séché, poulet, frites cuites dans l’huile de palme, ananas, et papaye… tous les repas sont assaisonnés de piments bien forts. Pas de régime en vue, on supporte…

Gaëlle

Mardi 20 février 2013

Seconde journée professionnelle qui commence par une matinée réservée aux visites des sources.

A la première source –Falébagan- aménagée (avec réservoir chloré), le flotteur qui bloque l’arrivée de chlore quand le réservoir est plein a disparu. Il est passé 10 L de solution en 6 jours au lieu de 30. Ce sera notre seule analyse sans le fameux Escherichia Coli.

La seconde source aménagée a été endommagée suite à un conflit. Les éleveurs trouvaient qu’ils n’avaient plus assez d’eau pour leur bétail. Réflexions et palabre, projet de réhabilitation établi avec abreuvoir, et préalable d’entente de tout le monde !

La troisième est aussi à réaménager. Le quatrième site est naturel. Les femmes viennent prendre l’eau dans le ruisseau au milieu des cultures maraîchères (présence de nitrates !). On reviendra faire une étude topo du site.

Suite à ces observations nous avons alors fait deux groupes. Une partie des garçons s’est alors réunie au bureau de Guinée 44 pour pow-pow, quant à nous les filles accompagnées de Julien et Corentin nous sommes allés au cours de danse. Une heure intense et éprouvante avec une telle chaleur ! En parallèle d’un cours privé de djembé (musique) pour Sophie.

Fin de journée relaxante avec une bonne douche rafraichissante… même sans électricité !

Sophie

Mercredi. Les « chlorateurs »

Nous nous séparons encore en 2 groupes. Le groupe des « chlorateurs » part avec 2 guinéens, un technicien et le plombier rattaché à la structure gérante des points d’eau. En route pour la source aménagée la plus importante de la ville. En fait, ce n’est pas une source, mais un captage superficiel dans un environnement… difficile. Nous avons vu le site dès Lundi, et les analyses ne sont pas bonnes.

Il faut d’abord détruire un nid de guêpes maçonnes qui y a élu domicile. ( beaucoup –vraiment beaucoup !) de temps pour acheter de l’insecticide, puis plus tard de la colle et quelques vis…

Nous rénovons tout le dispositif, en assurant une formation à nos collègues. Réglage de l’ensemble. Nous reviendrons dans quelques jours pour voir le résultat.

L’après-midi, rénovation plus complète à Falébagan.

Le soir, on trouvera encore le temps de visiter une autre source. Une décharge sauvage n’est pas loin. On lance quand même une analyse. On analysera aussi l’eau d’un puits bien aménagé (couvercle bétonné). A 12 m de profondeur, l’eau est plus que trouble, visiblement polluée. Pas grand chose à faire. Une femme m’interpelle « c’est l’eau que nous buvons! » Une autre, « vous partez déjà? ».

Petite baisse de moral…

Demain, on part en excursion sur une montagne proche le matin de bonne heure.  A suivre…

Daniel

JEUDI ET VENDREDI

Lever 7h30, direction le « Mont GANGAN ». Début de l’ascension à 8h15. Le village est atteint à 10h00 accompagné d’un accueil chaleureux des habitants (dégustation de bananes fraîchement cueillies et prises de photo avec des enfants surexcités). Le groupe se sépare ensuite en 2 :
– l’un va visiter les 2 sources du village.
– l’autre gravit la deuxième portion du « Mont GANGAN ».

Tout le monde se retrouve pour le midi puis descente du mont sous 35°C. Après avoir passé les différents pièges (crevasses, rochers, chèvres…), l’arrivée au minibus soulage tout le monde. Plus tard, un petit groupe de courageux s’est formé pour visiter plusieurs sources pendant que le reste de la troupe s’est attelé à la lessive.

Les garçons.

Un peu plus de détails : tout commence comme d’habitude par le petit déjeuner très français, dehors à la Cajeg, très agréable. (voir photo si possible – la liaison internet ne le permet pas toujours). Il y a distribution de Smecta pour les intestins irrités ! L’occasion de concours de blagues oiseuses et de maximes dont la meilleure est sans doute :

« Smecta cul sec
Les fesses au sec ! »

Un néologisme est né aussi : le « cacabrousse » dont vous devinerez le sens !

Ensuite, nous prenons le minibus et il faut dire que notre équipe ne passe pas inaperçue ! 12 blancs d’un coup serrés dans un minibus provoquent ébahissements, rires, cris des enfants « fotés, fotés ! »…

L’ascension a été moyennement dure, mais certaines filles ont commencé à craquer. « Je n’en peux plus ! Je ne ferai pas un pas de plus », etc… Heureusement, on était presque arrivé.
On m’avait parlé d’une ascension plus dure, et je m’étais muni de mes bâtons de randonnée.
Avec ma casquette de style colonial, je ne suis pas passé inaperçu et provoqué la joie des habitants qui descendaient ou montaient avec leurs charges sur la tête.

On a été reçu dans un village très sympathique, propre, avec des chiens et des chats, ce qu’on ne voit pas souvent, dans un environnement enviable, protégé par les 2 heures d’ascension.
Il y a eu un moment privilégié quand, entourées d’un bon groupe de jeunes enfants, les 3 filles ont entonné des contines avec les gestes, repris par l’ensemble des enfants.

Plus tard, redescendus, nous visiterons encore quelques sources, qui se révèleront des trous d’eau sans débit net. Pas enthousiasmant ! Nous faisons des prélèvements sans illusions.
Nous avons des tests simples qui donnent présence ou absence de E. Coli, ils doivent rester 24 h à 37°.
Nous n’avons pas apporté d’étuve ! En fait, on en a trouvé une petite par hasard dans les locaux de l’association Guinée 44, mais il reste à trouver le courant ! En attendant une organisation qui se met en place pour des tests plus poussés la semaine prochaine, on « couve » les échantillons à tour de rôle en les plaçant près du corps ! L’occasion de bonnes rigolades. Simon : « je sens bien que j’abrite une vie en moi !! »
Cette méthode peu académique fonctionne très bien, aidée par la température du lieu, qui nous donne un peu de souplesse dans notre couvaison.
Daniel.

Vendredi

Grande réunion toute la matinée à « Guinée 44 » avec tous les intervenants. Il y a aussi 3 stagiaires de l’Ecole Centrale, qui font leur année de césure, sont là depuis un mois et resteront 1 ou 2 mois encore avant de traverser l’Atlantique pour de nouvelles aventures. On a préparé le programme de la seconde semaine, qui s’annonce chargé. On a ajouté au programme initial de faire un maximum d’analyses sur les nombreux forages de la ville, pour avoir une idée précise de l’état de la nappe souterraine, mal protégée dans des grès fissurés.

Pour des raisons d’économies de déplacement, on prépare une grande tournée demain Samedi, et du coup, on n’a plus trop de choses à faire l’après-midi. Ce sera donc une nouvelle baignade à Kilissi comme Dimanche, suivie d’un match de foot attendu entre nos étudiants et des jeunes guinéens. Contre toute attente (et contre le cours du jeu ?), « nous » avons gagné !!
Daniel.

Samedi

On veut démarrer de bonne heure, mais on perd beaucoup de temps à attendre tous les intervenants. C’est l’Afrique… Dernier dispositif de chloration à rénover, puis c’est un petit tour touristique au « voile de la mariée », une cascade très haute, un site magnifique, même sans beaucoup de débit pour cause de saison sèche. Des Bambous de taille extraordinaire, et une allée d’arbre magnifique dont des tecks, le tout datant sans doute d’avant 1960…
Un vendeur de sculptures sur bois et de masques nous attend. Je refuse de regarder les masques anciens à cause des mauvais sorts ! Il me répond que non, ils ont fait ce qu’il faut pour les désenchanter… avec du citron ! Nous achetons pas mal de babioles.
Ensuite, visite d’une source au flan d’une montagne. 100 m de dénivelée (mesurée au GPS) très raide et broussailleuse. C’est du sport ! On envisage d’y dérouler un tuyau souple, ce ne sera pas une mince affaire. Déjeuner de sandwichs sous l’œil de pas mal de monde, qui seront ravis de récupérer nos bouteilles d’eau vides…
Ensuite, étape de liaison assez longue sur piste dans des collines. Très beau paysage. A la faveur d’une crevaison, nous découvrons de près une assez grande plantation de palmiers à huile (de palme), culture que je n’avais jamais vue.
Pour finir, découverte d’une nouvelle source prometteuse en bas-fond. Nous restons un peu pour définir un projet de captage propre (pour le moment, les habitants prennent l’eau dans un trou terreux… Nous reviendrons sérieusement pour étude topographique.
Rentrée à Kindia pour une cours de danse guinéenne, qui ressemble fort à un cours de gymnastique ! LE-SSI-VES nous sommes et tous sont partis se coucher à 22h30 ! Tous sauf un qui veille à vous donner des nouvelles, sur une table dehors à la lueur d’une lampe de poche. (On ne peut pas dormir avec le groupe électrogène, il faut choisir !)

Dernière bonne nouvelle, il y a très peu de moustiques, et ils ne sont pas près de nous embêter avec le petit vent frais de ce soir.

Demain, tourisme…

Daniel

PS : la liaison internet est très faible. Il ne faut pas compter sur les photos ; dommage !

Dimanche

Aujourd’hui, journée touristique au lac Samaya. Départ vers 9 h, tôt pour un Dimanche matin!

tous dans notre minibus pour une heure de goudron et une heure et demi de piste. C’est le dos et les jambes cassés que l’on arrive à Samaya. Grand marché de bananes, elles arrivent par pirogues de tous les villages voisins. un effet de foule spectaculaire avec toutes les couleurs des boubous. Petite balade sur les rives, Flavie comme d’habitude attire tous les petits enfants « abandonnés » qui lui prennent la main.

On monte tous dans une grande pirogue, certains s’essaye à la pagaie, pas facile avec tous ces poids… et cette chaleur toujours présente en plein midi !!! pendant ce temps Daniel écope sans fin!

Pique nique africain  » riz-viande en sauce piquante » sous un arbre et c’est parti pour un palabre… enfin c’est surtout Jordan qui ne s’arrête jamais.

nous repartons vers un site de baignade, Flavie, Simon, Jordan et Nicolas décident de s’y rendre à la nage. Notre meilleure nageuse Flavie fait un sans faute sur les 800  m …. les gars eux s’accrochent régulièrement à la pirogue ! :)

Accrocher à un gros rocher accueillant nous servant de plage , on passe l’après midi dans l’eau . Un grand concours de plongeons commence. triple saut arrière, salto et oui on a des champions avec nous….

Daniel tente le saut de l’ange en premier et fait un plat qui restera à jamais gravé dans son corps et dans nos mémoires.(mais le deuxième était bon! -note de Daniel)

Tous bien cuit comme des homards on rentre vers notre minibus que l’on déteste un peu plus chaque jour.

la palme d’or du homard bien cuit revient à  Corentin et Julien  ex æquo, mais nous les suivons tous de près…

une journée bien remplie se termine , repos mérité et gros dodo très tôt!!!

Gaëlle and co

Lundi

Aujourd’hui  une grosse journée de travail nous attend.

Notre mission, que nous avons acceptée, était la détermination de la qualité microbiologique des nappes d’eau souterraines de Kindia pour connaître leur degré de pollution.

Deux  groupes ont été formés : le premier partant sur les forages en périphéries de la ville et l’autre les forages au sein même de celle-ci.  Mais il a d’abord fallu attendre que la liste demandée 2 jours plutôt soit faite…  on ne changera pas les habitudes africaines. Une récolte de 32 prélèvements quand même.

(Pendant ce temps, Gaëlle et moi –Daniel-avions pour mission d’installer un laboratoire ! Il nous a d’abord été proposé de s’installer dans le « garage ». Un simple toit, et un endroit plus que poussiéreux, en plein vent ! Beau laboratoire ! Peu à peu, on s’est approché de la cuisine… qu’on n’a pas tardé à investir. Restait à trouver pas mal de rallonges et de faire marcher la soudeuse d’échantillon récalcitrante, ce qui fût fait ! Mission accomplie)

Les résultats seront obtenus 18h après la mise en étuve pour une interprétation optimale. Madame Lebrenn, Corentin et Julien ont dû improviser une interview  filmée par l’équipe canal +.

Dans le même temps un deuxième groupe s’est rendu sur les sources de Sillon, Falebagan et Koukou pour vérifier le bon état de fonctionnement des chlorateurs. Encore beaucoup d’attente, c’est le temps africain qui nous rentre dans la peau mais ce n’est pas facile.

Julien, Corentin and co….

Mardi

Travail technique aujourd’hui : étude topographique de 2 sites, par groupes différents.

Ceux qui restent au bureau participent avec Gaëlle à « la lecture » des résultats des tests de microbiologie.

L’après midi, un peu de repos, puis danse pour les amateurs.

Mercredi

Matin.

Avec Jordan, Youssouf, Nicolas et Simon, nous assurons une formation à nos collègues de l’ACEA , avec 5 à 6 jeunes plombiers, sur le chlorateur, l’hydraulique et la chloration en général. Bonne écoute et bons échanges.

Tous les autres se réunissent pour préparer un powerpoint pour la réunion de restitution (avec le Maire et tout plein de gens) prévue demain.

Cet après-midi, à l’hôtel, on s’exerce pour cette restitution, puis petit tour au marché, puis cours de danse pour la plupart, pendant que Jordan et moi ont gagné les locaux de Guinée44 pour une liaison internet.

Daniel

Jeudi

Ce matin, ça sent la fin puisque c’est déjà la grande réunion de restitution. Chacun fera son discours, certains 2 fois, au début et à la fin, ce fût long! Notre présentation s’est bien déroulée, et l’assistance a paru intéressée. Nous avons été chaudement remerciés, c’est la règle du genre, mais nous avions un vrai travail à présenter.

Cet après-midi, après un espace de temps de repos et de préparation de valise, les filles ont préparé au moins 3 kg de pâte à crêpes pour la fête de ce soir, et il semblerait qu’il ne soit pas possible d’en faire une seule, question de qualité de farine, de poêle, et autres facteurs inconnus.

Ce soir, ce sera la grande fête de départ, avec spectacle de danse guinéenne, du groupe guinéen, et aussi du groupe des courageux de chez nous qui ont fait toutes les répétitions, dont Gaëlle, Janick, Corentin, Julien, Sophie, et Flavie. Courageux à plus d’un titre, car il y aura beaucoup de spectateurs !

Je pense que c’est le dernier message avant notre rentrée. Demain, on va vers Conakry, et on ira passer la nuit dans les îles de Los, avant de prendre l’avion le soir vers 20h40.

A bientôt.

PS: quelques crêpes, petites et plutôt bizarres sont en train d’être  fabriquées.

Vendredi et Samedi : retour difficile

Bison futé ne nous avait pas prévenus, ni le tam-tam, ni le téléphone portable qu’ils ont pourtant toujours à l’oreille. Depuis mercredi des troubles sporadiques agitaient Conakry. Quand on est arrivé Vendredi, il y avait sur notre route quelques groupes d’excités qui mettaient « la pagaille ». On risquait de se faire « caillasser »!

Notre organisateur Mara, qui connaît beaucoup de monde, s’est arrêté devant un campement de militaires. Il connaissait le commandant. Nous avons donc été escortés par une voiture (pick-up) pleine de militaires habillés et armés comme au GIGN. On est donc arrivés sains et saufs chez des amis de Mara, près de l’aéroport,mais plus question de bouger! Adieu les îles!! On est resté 6 h sur une terrasse ombragée, très bien reçus, du reste. Après de multiples contacts avec Grégoire, un collaborateur de Guinée 44 qui a bien voulu nous recueillir pour la nuit, et l’ambassade, nous avons été escortés par la police cette fois à la demande de l’ambassade, jusqu’au lycée français, près de chez Grégoire.

Il n’y avait d’ailleurs plus aucun trouble. Devant le lycée français, en attendant Grégoire quelques minutes, altercation bien inutile entre un jeune gardien et un policier plus âgé qui ne voulait pas s’en laisser compter. Le gardien faisait valoir qu’il n’y avait pas le droit de stationner ici! Après un palabre** interminable, le policier s’écrit, « mais, c’est un bus plein de blancs, tu veux qu’ils se fassent tous manger?!!! »*. Avec l’accent, c’était assez savoureux!

Merci encore à Grégoire qui s’est vu envahir, consommer son eau de la semaine, et sa bière!

Le samedi matin, encore des troubles. Il y a eu d’après le journal Jeune Afrique 5 à 6 morts pendant ces 5 jours. Attente donc obligatoire sans bouger chez Grégoire toute la journée. Lecture, tarots, chacun s’occupe. Il y aura aussi beaucoup de discussions avec Grégoire, qui nous en apprendra beaucoup.

Retour à l’aéroport le soir, escortés par des policiers sans armes apparentes cette fois, dans une ville qui visiblement est redevenue calme. Cette fois, c’est fini!

* Bibliographie : justement à lire absolument : « Petits blancs, vous serez tous mangés! » de Jean Chatenet, qui raconte l’Afrique post-coloniale, celle des coopérants…

Aussi avec un humour anglais désopilant: « Un anthropologue en déroute » et « Le retour de l’anthropologue » par Nigel Barley.

** palabre : nom masculin ou féminin, au choix.

One thought on “Le voyage à Kindia de 2013”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

three × 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>